Que faire dans le quartier du Louvre (autre que visiter le Louvre) ?

Situé en plein cœur de Paris, ce quartier très touristique est l’un des plus anciens de la ville. Bordé par la Seine, sa visite est particulièrement agréable quand il fait beau. Vous pourrez alors profiter du magnifique Jardin des Tuileries ou flâner sous les arcades de la rue de Rivoli avant de vous attaquer au célèbre et très vaste Musée du Louvre.

 

La Statue de Molière

(40 rue Richelieu, M7, 14 : station Pyramides, M1, 7 : station Palais Royal – Musée du Louvre)

Statue Molière
Crédits © Moonik

 

 

Le plus célèbre dramaturge de la langue française est mis à l’honneur au 40 de la rue Richelieu. Au sortir du quartier de l’Opéra, vous aurez l’occasion d’admirer une large statue en bronze représentant Molière en pleine méditation. C’est Joseph Régnier, secrétaire de la Comédie Française durant la fin du XIXème siècle, qui ordonna la création de cet édifice. Un joli clin d’oeil aux arts dramatiques puisque la statue se trouve à deux pas de la Comédie Française.

 

La Comédie Française

(1 place Colette, M1, 7 : station Palais Royal – Musée du Louvre)

Comédie Française
Crédits ©besopha

Véritable institution culturelle dont la création remonte au XVIIème siècle, ce théâtre est le seul appartenant à l’Etat français. La Comédie Française se compose, comme à son origine, d’une troupe de comédiens permanents appelée « Troupe des Comédiens-Français ». Il vous sera difficile de visiter la salle Richelieu (salle de représentation principale) qui n’est ouverte au public qu’un dimanche tous les trimestres. Elle a néanmoins été restaurée en 2013 et vaut véritablement le détour. Pour participer à ces rares visites, il  faudra vous inscrire au préalable sur le site de la Comédie Française. Pour les mordus de théâtre, il vous sera possible d’assister à des représentations des classiques du théâtre antique ou français. Notez que malgré la qualité des représentations, les tarifs restent étonnamment peu élevés (41 euros maximum en plein tarif pour un siège très bien placé) et vous pourrez bénéficier de tarifs préférentiels notamment en achetant des places “dernière minute” ( 50% moins chères) au guichet de la Comédie Française environ une heure avant le début de la représentation ou encore des places à “visibilité réduite” (places assises non garanties mais la visibilité n’est, en réalité, pas si réduite que ça) à 5 euros. De plus, les moins de 28 ans pourront bénéficier de places gratuites le premier lundi de chaque mois (à retirer au “Petit Bureau” dans le hall). Le théâtre propose, de plus, des représentations en soirée mais aussi en “matinée” (14h) pour les couche-tôt.

 

Le Palais Royal

(1 place du Palais Royal, M1, 7 : station Palais Royal – Musée du Louvre)

Palais Royal
Crédits © Marie-Lan Nguyen

Au sortir de la Comédie Française, vous pourrez vous engouffrer dans la rue Saint-Honoré et admirer, presque immédiatement sur la gauche, les bâtiments du Conseil d’Etat; du Conseil Constitutionnel et le Ministère de la Culture regroupés dans l’immense Palais Royal qui donne d’ailleurs son nom à la place sur laquelle il se trouve. Le bâtiment d’origine fut acheté puis transformé par le Cardinal Richelieu en 1624. Il passa de main en main parmi les plus hautes sphères de la société et devint officiellement le Palais Royal alors que Louis XIV était enfant et s’y installa avec sa mère et son frère. Lors du XVIIIème siècle, le Palais Royal devint un haut lieu de la vie politique et artistique française. C’est aussi à cette époque que l’intérieur du Palais se transforma et adopta un décor rococo grâce à l’architecte Oppenord, l’un des créateurs de ce style très chargé. Il vous sera possible de visiter ce large bâtiment classé monument historique ainsi que ses jardins. Attention, si les bâtiments restent ouverts en continu, les horaires d’ouverture pour les jardins varient en fonction des saisons. Prévoyez donc votre visite en vous rendant sur le site du Palais Royal.

 

Le Jardin des Tuileries

(M1, 7 : station Palais Royal – Musée du Louvre, M1 : station Tuileries, M1, 8, 12 : station: Concorde)

jardin des tuileries
Crédits © Jean-Pierre Dalbéra

 

Pour se mettre au vert après une longue visite du Louvre, l’idéal est d’aller faire un tour dans le très vaste Jardin des Tuileries qui s’étend sur plus de 25 hectares. Depuis le Louvre, il vous suffira de passer sous l’Arc de Triomphe du Carrousel (à ne pas confondre avec l’Arc de Triomphe des Champs Elysées); et depuis la Place de la Concorde, vous n’aurez qu’à franchir les immanquables grilles dorées pour profiter de ce jardin “à la française” classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

De nombreux bancs, transats et chaises sont mis gratuitement à la disposition des visiteurs qui pourront les déplacer à leur guise pour profiter des grands bassins et s’accorder un bain de soleil ou une pause ombragée. Il est aussi possible de louer un bateau à voile miniature et de le faire voguer sur les vaguelettes des bassins du jardin.

Le jardin fut créé à la demande de Catherine de Médicis (mère des futurs rois de France François II, Charles IX et Henri III) en 1564. Un siècle plus tard, Louis XIV et son ministre Jean-Baptiste Colbert ordonnèrent que le jardin soit entièrement repensé par André Le Nôtre. Le jardin que nous connaissons aujourd’hui n’a pas beaucoup évolué depuis cette époque et les lignes principales du lieu sont restées les mêmes.

Depuis le jardin, il vous sera facile d’accéder à de nombreux musées qui bordent les Tuileries comme le Musée de la Mode et du Textile où vous pourrez découvrir des costumes datant de différentes époques durant une exposition racontant l’histoire du textile depuis le XIVème siècle jusqu’à nos jours. Plus loin, en vous rapprochant de la place de la Concorde et de son obélisque, vous dépasserez le Musée de l’Orangerie. Le but premier de l’Orangerie était, comme son nom l’indique, de protéger les orangers du jardin, le bâtiment fut terminé en 1853 et peu à peu transformé en musée. Il fut d’abord choisi en 1920 par Monet lui-même pour exposer son cycle des Nymphéas dont il venait de faire don à l’Etat. Puis, la collection se développa peu à peu et, de nos jours, l’Orangerie renferme de nombreuses toiles d’impressionnistes et de post-impressionnistes. A l’autre extrémité ouest des Tuileries et en parallèle de ce musée se trouve le Musée du Jeu de Paume. Le bâtiment fut édifié sous le règne de Napoléon III durant le Second Empire et était à l’origine un terrain pour jouer au jeu de paume (l’ancêtre du tennis). La taille du bâtiment ainsi que son architecture en font le jumeau de l’Orangerie et permettent de respecter la symétrie du jardin. De nos jours, le Jeu de Paume accueille dans ses 1200m² des oeuvres d’artistes, de cinéastes et de photographes contemporains.

Les Adresses:

Musée de la Mode et du Textile : 107-111, rue de Rivoli, Paris 1er. (fermé le lundi. Plein tarif: 13 euros, tarif réduit: 10 euros, gratuit tous les jours pour les -25 ans et étudiants)

Musée de l’Orangerie : Jardin des Tuileries, Paris 1er. (fermé le mardi. Plein tarif: 9 euros, tarif réduit: 6,50 euros)

Musée du Jeu de Paume : 1, place de la Concorde, Jardin des Tuileries, Paris 1er (fermé le lundi. Plein tarif: 10 euros, tarif réduit: 7,50 euros, gratuit pour les étudiants et les -25 ans le dernier mardi du mois).

 

La Place de la Concorde

(M1, 8, 12 : station Concorde)

Place Concorde Place Concorde

 

Au sortir des Tuileries, vous tomberez directement sur la circulation effrénée de la place de la Concorde. Cette place fut construite par Gabriel,  l’architecte de Louis XIII, et est considérée comme l’aménagement urbain le plus monumental et le plus représentatif du Siècle des Lumières. En effet, c’est durant le XVIIIème siècle que les architectes ont délaissé le style très chargé du rococo pour en revenir à des formes plus classiques, empruntées à l’Antiquité Grecque et Romaine. Ce revirement donna naissance au style néo-classique. La Place de la Concorde, avec sa forme octogonale, en est le parfait exemple. Elle joua d’ailleurs un rôle important durant la Révolution Française. Elle fut, en effet, un lieu de rassemblement important puisque c’est là que la guillotine fut installée et que Louis XVI et Marie-Antoinette furent tous deux décapités.

La Concorde a pourtant bien changé depuis puisqu’elle a été réaménagée au cours du XIXème siècle. C’est notamment à cette époque que la majorité des sculptures, les deux fontaines et l’obélisque (offerte à Charles X par le vice-roi d’Egypte) qui surplombe la place furent rajoutés. Plus tard, des sculptures représentant les huit autres villes principales françaises furent ajoutées afin d’orner les huit angles délimitant la place. En tournant le dos aux Tuileries, vous pourrez apercevoir sur votre gauche et de l’autre côté de la Seine le Palais Bourbon (qui abrite l’Assemblée Nationale Française). Face à vous, vous aurez une vue imprenable sur les Champs-Elysées, l’Arc de Triomphe et vous apercevrez même peut-être les immeubles de la Défense au loin. L’avenue qui s’étend sur votre droite mène à la Madeleine. En traversant la Place de la Concorde, vous pourrez accéder à l’Ambassade des Etats-Unis. Si la Concorde est une place grandiose, elle reste extrêmement encombrée par la circulation. Vous y rendre et essayer de la traverser de jour (et plus particulièrement aux heures de pointe) peut s’avérer être un sacré périple. C’est pourquoi nous vous conseillons d’aller y faire un tour la nuit. Cela vous permettra d’admirer les dorures et les monuments illuminés. Vous ne risquerez pas de vous faire klaxonner et vos photos ne seront pas gâchées par la circulation incessante.

 

Les arcades de la rue de Rivoli

(M1, 8, 12 : station Concorde, M1, 7 : station Palais Royal – Musée du Louvre, M1 : station Louvre Rivoli)

Arcade rue Rivoli
Crédits © Guilhem Vellut

Si vous décidez de revenir sur vos pas sans passer par le Jardin des Tuileries, vous pourrez emprunter les arcades de la rue de Rivoli. La partie des arcades qui s’étend de la place de la Concorde jusqu’à la statue de Jeanne d’Arc privilégie les grandes marques de luxe. Il y en aura pour tous les goûts mais pas pour tous les budgets. Entre les boutiques de prêt-à-porter haut de gamme et d’accessoires sur mesure, vous pourrez faire un arrêt dans la librairie anglo-saxonne W.H. Smith ou aller déguster une pâtisserie ou un petit-déjeuner dans le très célèbre salon de thé Angelina. Pour cet arrêt gourmand, il faudra néanmoins vous armer de patience car la renommée et la beauté du lieu attire les curieux qui viennent en nombre. Ainsi, il se peut que vous soyez obligé d’attendre un certain temps avant d’être placé. Pour une ambiance un peu plus” bistrot chic parisien”, nous vous conseillons le brunch du Fumoir. La rue de Rivoli est aussi bordée d’hôtels de luxe et de palaces comme l’Hôtel Cambon, The Westin Paris Vendôme, ou le Le Meurice. A partir de la statue de Jeanne d’Arc, les enseignes se font moins luxueuses et vous trouverez alors de nombreuses boutiques de souvenirs où vous pourrez acheter des cartes postales mais attention aux attrape-touristes ! Le reste de la rue de Rivoli est découverte et s’étend jusqu’au coeur du Marais en passant par le Châtelet et l’Hôtel de Ville de Paris. Vous y trouverez de nombreuses brasseries et des boutiques de prêt-à-porter à des prix plus accessibles.

Les Adresses:

W.H. Smith: 248, rue de Rivoli, Paris 1er.

Salon de thé Angelina: 226, rue de Rivoli, Paris 1er.

Le Fumoir: 6, rue de l’Amiral de Coligny, Paris 1er

Hôtel Cambon: 3, rue Cambon, Paris 1er.

The Westin Paris Vendôme: 3, rue de Castiglione, Paris 1er.

Le Meurice: 228, rue de Rivoli, Paris 1er.

 

Parlons tout de même du Musée du Louvre…

(99 rue de Rivoli, M1, 7 : station Palais Royal – Musée du Louvre, M1 : station Louvre Rivoli)

Louvre

 

Étape inévitable d’une visite de Paris, le Musée du Louvre se trouve de l’autre côté de la place du Palais Royal et ses nombreux bâtiments s’étendent jusqu’au quai François Mitterand qui borde la Seine.

Si le Louvre est un incontournable, son histoire est souvent méconnue. En effet, ce splendide musée qui s’étend sur plus de 60 000 m² n’a pas toujours été un musée. A l’origine se trouvait une forteresse sur l’emplacement actuel du Louvre, construite en 1190 par Phillipe-Auguste, elle s’étendait sur le quart sud-ouest de l’actuelle Cour Carrée. C’est en 1546 que le roi François Ier décide de transformer ce bâtiment moyenâgeux en un luxueux palais. Dirigés par Pierre Lescot, les travaux donnent naissance à un bâtiment de style Renaissance. Ces travaux seront poursuivis sous les règnes d’Henri II et de Charles IX, quant à l’aménagement et la décoration de l’intérieur du Palais du Louvre, ils sont menés à bien sous les règnes de Louis XI et Louis XIII. Le projet est néanmoins interrompu en 1678 lorsque le roi Louis XIV décide, non pas de résider au Palais du Louvre, mais de s’éloigner du centre de Paris en s’installant au Château de Versailles.

Or, le Louvre ne se transforme pas immédiatement en musée puisqu’il sert d’entrepôt où sont stockées les oeuvres d’art appartenant à la famille royale. Le projet de la création d’un musée national et public ne s’ébauche que sous la Révolution, période durant laquelle l’ancien palais devient le “Muséum central des arts de la République”. Quelques centaines d’oeuvres sont alors exposées au public révolutionnaire.

Mais le Louvre n’était pas seulement un musée à cette époque puisque de nombreux artistes (David, Verney, Isabey…) habitaient dans les anciens appartements qui n’étaient pas ouverts au public. De nombreux commerces de rues s’installaient chaque jour dans les passages du Louvre et l’on trouvait même des baraques construites contre les façades du musée. En 1800, lors du règne de Napoléon, celui-ci ordonne l’expulsion des marchands et des résidents du musée qu’il veut agrandir mais aussi protéger car il craignait que l’un des résidents ou l’un des marchants ne provoque un incendie et ne détruise une collection grandissante, déjà presque inestimable.

De nos jours, les collections du musée sont très diversifiées. Le Louvre est doté d’une très large collection d’art occidental s’étendant du Moyen-Age jusqu’à 1848 ainsi que des collections de civilisations antiques (orientale, égyptienne, grecque, étrusque et romaine) et des arts de l’Islam. Il vous sera alors possible d’admirer les plus belles oeuvres d’art du monde et peut-être même d’apercevoir le sourire mystérieux de Mona Lisa si vous arrivez à jouer des coudes et à vous frayer un chemin parmi la foule de touristes.

Le musée et son site internet sont très bien organisés puisque toutes les œuvres d’art sont référencées en ligne. Il vous sera alors possible de prévoir votre parcours à l’avance afin de ne pas vous perdre une fois sur place. Vous pourrez aussi télécharger un audioguide très complet sur votre téléphone ou votre tablette pour une somme qui reste modique (1.79 euros) et choisir parmi un large choix de visites guidées thématiques en fonction des sujets ou des collections qui vous intéressent le plus. Attention, il est cependant nécessaire de réserver ces visites. Le site vous permettra d’éviter la queue à l’entrée du musée en réservant à l’avance votre billet. Le rapport qualité-prix est très avantageux étant donné le cadre, la qualité des expositions et des tarifs assez raisonnables (en plein tarif 12 euros pour l’exposition permanente, 13 euros pour les expositions secondaires du Hall Napoléon ou 16 euros pour le billet jumelé et hors saison, de septembre à mars, l’accès à l’exposition permanente est gratuite le dimanche). Les jeunes (moins de 18 ans ou moins de 25 ans résidents de l’Union Européenne) ont accès gratuitement à la collection permanente et ce, toute l’année.

Pour une visite en toute sérénité, nous vous recommandons néanmoins d’éviter de vous y rendre durant le week-end et les jours fériés et de privilégier les visites en semaine et surtout en matinée ou en nocturne le jeudi soir (jusqu’à 21h45). Le musée est fermé le mardi.

Astuce : En cas de forte affluence et/ou de grosse chaleur, n’hésitez pas à aller faire un tour chez les étrusques, les romains et les grecs présent au rez-de-chaussée et à l’entresol. Ces salles ne sont pas forcément les plus populaires et vous pourrez vous accorder un moment de fraîcheur et de calme parmi les statues antiques.

Mais le musée ne se limite pas aux œuvres d’art, l’architecture du lieu est, en elle-même, exceptionnelle. Depuis 1989, la pyramide en verre est désormais le symbole du musée. Si l’oeuvre de I.M Peï, érigée au centre de la cour Napoléon impressionnante, sa siamoise inversée qui orne la galerie marchande souterraine du Carrousel du Louvre l’est sans doute encore plus. Vous pourrez donc flâner aux alentours et profiter de l’éclectisme architectural du lieu en découvrant les boutiques du Carrousel qui vous mèneront à l’entrée du musée. Nous vous déconseillons, cependant, le coin restauration du Carrousel qui propose des plats très chers et souvent de mauvaise qualité dans un cadre bruyant et peu agréable.

Réserver une visite du Louvre

 

Nos hôtels recommandés dans ce quartier

5 étoiles:
Grand Hôtel du Palais Royal : les chambres sont chaleureuses et très élégantes, dont certaines bénéficient d’un balcon avec vue sur les monuments de la ville.
Hôtel Pont Royal : magnifiquement situé au cœur de Saint Germain des Prés, avec élégance et modernité, le personnel met tout en œuvre pour répondre à chacune de vos exigences.
Hôtel Regina : certaines chambres ont le privilège de donner sur les jardins des Tuileries, idéalement situé au cœur de Paris.

4 étoiles:
Relais Hôtel du Vieux Paris : Construit en 1480, il est un de ces lieux où le temps passé et le temps présent riment en une même poésie.
Hôtel Villa d’Estrees : hôtel de charme et de prestige, vous offre une qualité d’accueil et de confort exceptionnelle, au cœur du Quartier Latin.
Hôtel Royal Saint Honoré : proche du Louvre et du jardin des Tuileries, c’est le point de départ idéal pour découvrir à pied la Ville Lumière.

3 étoiles:
Hôtel le Relais des Halles: l’atmosphère de L’Hôtel le Relais des Halles vous séduira et l’emplacement est idéal pour visiter les différents monuments de Paris.
Hôtel le Relais du Louvre : situé entre le Louvre et l’Ile de la Cité, l’harmonie des couleurs et du mobilier ancien composent l’élégant décor des suites et des chambres.
Hôtel Britannique : dans une rue calme près de la Seine, cet hôtel de charme a privilégié le classicisme d’un confort haut de gamme et d’un décor chaleureux.

 

Et si vous aviez prévu un voyage vers Opéra, consultez cet article !

Si vous aimez, likez et partagez !
  •  
  •  
  •