10 idées de visites dans le quartier Denfert – Montparnasse

Dominé par les 210 mètres de la Tour Montparnasse, le quartier de Denfert-Montparnasse se trouve au cœur du 14ème arrondissement, au sud de Paris. Ce quartier relativement peu touristique regorge néanmoins de bonnes adresses et d’activités culturelles qui valent le détour.

 

Montparnasse
Crédits : Diliff, Wikimedia Commons, sous Creative Commons 2.0

Un peu d’histoire pour commencer…

Le quartier du Montparnasse était appelé initialement “Mont Parnasse” par les étudiants qui récitaient des vers sur la butte et qui voulaient faire référence au Mont Parnasse, la résidence des Muses de la mythologie grecque.

Au cours du XVIIIème siècle, la butte a disparu mais le nom, lui, est resté. A partir du XIXème siècle, le quartier devint un haut lieu de la vie artistique. Le Montparnasse n’était pas très prisé par les Parisiens et de nombreux artistes internationaux (comme Pablo Picasso, Gertrude Stein, James Joyce, Hemingway, Apollinaire ou encore Joan Miro) profitèrent des loyers très bas pour s’y installer ou y installer leurs ateliers. Peu à peu les habitants se firent appeler les Montparnos et y instaurèrent rapidement une atmosphère créative et libertaire.

Pour retrouver cet esprit du début du XXème siècle, n’hésitez pas à vous rendre sur les lieux fréquentés par les artistes de l’époque comme la brasserie La Coupole, décorée en 1927 par 27 des peintres les plus en vogue de la capitale, ou son voisin, le café anglo-américain Le Dôme où se réunissaient de nombreux artistes anglo-saxons installés à Paris.

De nos jours, le quartier s’est beaucoup embourgeoisé. Cependant, vous retrouverez tout de même une ambiance sympathique et presque villageoise dans le sud du 14ème arrondissement, au niveau de la place Denfert-Rochereau. Nous vous conseillons donc de faire un tour dans ce quartier parisien très animé, idéal pour les balades, seul ou accompagné.

Les Adresses restaurant connues :

La Coupole : 102, boulevard du Montparnasse, Paris 14ème.

Réserver votre menu Gourmet à La Coupole

Le Dôme : 108, boulevard du Montparnasse, Paris 14ème.

 

 

1) La Tour Montparnasse et ses environs

(Métro lignes 4, 6, 12, 13 : station Montparnasse-Bienvenüe)

Construite entre 1969 et 1973, la Tour Montparnasse était à cette époque le plus haut immeuble de bureaux d’Europe. Aujourd’hui, ses modestes 210 mètres n’ont plus de quoi rivaliser avec les plus hauts gratte-ciels d’Europe.

La Tour s’élève en réalité à l’emplacement de l’ancienne Gare Montparnasse. La Gare Montparnasse actuelle se trouve juste en face de la tour, au croisement de la rue du Départ et de la rue de l’Arrivée. L’emplacement de la tour permet de créer un alignement avec le Trocadéro, la Tour Eiffel, le Champs-de-Mars et l’École Militaire.

 

Comme à son origine, la tour est un immeuble de bureaux et le 56ème étage est le seul à être ouvert au public. C’est là que se trouve un grand restaurant : le Ciel de Paris, entièrement restauré en 2005.

En plus de proposer une superbe carte gastronomique, l’établissement permet aussi aux visiteurs de bénéficier d’une vue panoramique de Paris, il vous sera alors possible d’admirer les plus beaux monuments parisiens d’un oeil neuf.

Une fois au sommet de la tour, si les conditions météorologiques sont favorables, ils vous sera possible de voir jusqu’à 40 km. Ainsi, vous pourrez par exemple distinguer clairement les avions décoller depuis l’Aéroport d’Orly (situé à plus de 13 km à vol d’oiseau).

C’est aussi au 56ème étage que se trouve une petite exposition relatant l’histoire de la tour.

En pleine saison (de début avril à fin septembre), l’étage de la tour ouvert au public propose des visites de 9h30 à 23h30 mais ferme un peu plus tôt hors saison (à 22h30 ou 23h). Il vous sera possible d’accéder au plus haut étage de la tour monnayant une somme toute aussi élevée (15 euros pour les adultes, 12 euros pour les jeunes de 16 à 20 ans et les étudiants, 9.50 euros pour les 7-15 ans, gratuit pour les -7 ans). Pour éviter la queue, nous vous conseillons d’acheter vos billets en ligne pour vous permettre d’accéder directement à l’ascenseur.

 

Autour de la Gare Montparnasse et de la Tour du même nom qui lui fait face, vous trouverez de nombreux commerces et de quoi satisfaire vos envies shopping. Vous pourrez notamment profiter de la présence d’une annexe des Galeries Lafayette, présente à quelques centaines de mètres seulement de la Gare Montparnasse. Mais la rue la plus commerçante du quartier est sans aucun doute la rue de Rennes sur laquelle vous pourrez trouver de grandes marques de prêt-à-porter (comme Zara, Comptoir des Cotonniers, Gap, The Kooples et bien d’autres…) mais aussi des magasins multimédia (Micromania et la Fnac). La rue de Rennes est une longue artère qui permet de relier la quartier de Montparnasse au quartier de Saint Germain des Prés en contournant le quartier de Saint Sulpice. Hasardez vous donc dans ce temple du shopping pour faire vos emplettes ou simplement du lèche-vitrines !

Réservez votre visite de la tour Montparnasse

 

 

2) Rue de la Gaîté

Crédits : Fred Romero, sous Creative Commons 2.0

C’est à deux pas de la Gare Montparnasse que vous trouverez cette petite rue très animée de la capitale. Comme son nom l’indique, cette rue avait pour but d’égayer le quotidien parfois morose des Parisiens.

Si cet axe historique n’était qu’un chemin de terre au XVIIIème siècle, il se développa particulièrement au cours du XIXème. A cette époque, la rue se trouvait à l’extérieur de la ville, alors délimitée par l’Enceinte des Fermiers Généraux. Ainsi, de nombreux débits de boissons, bistrots et autres cafés s’installaient dans cette rue et ne payaient pas les taxes qui étaient imposées aux commerçants qui proposaient leurs produits à l’intérieur des enceintes de la ville. Peu à peu, la rue se spécialisa et on y trouva de plus en plus de cabarets, de bals et de guinguettes populaires avant que des théâtres ne s’installent à la fin du XIXème siècle.

Certains théâtres datant de cette époque sont encore debout aujourd’hui, c’est par exemple le cas du Théâtre Bobino. La vocation de la rue de la Gaîté demeure en effet intacte aujourd’hui puisque cette rue est surnommée “la rue des théâtres”. Avec 6 théâtres différents dans une rue longue de moins de 300 mètres, on comprend assez rapidement l’origine de ce surnom.

Les Adresses :

Le Bobino : 14-20, rue de la Gaîté, Paris 14ème.

Le Théâtre Montparnasse Gaston Baty : 31, rue de la Gaîté, Paris 14ème

Le Théâtre de la Gaîté Montparnasse : 26, rue de la Gaîté, Paris 14ème

La Comédie Italienne : 17-19, rue de la Gaîté, Paris 14ème

Le Théâtre Rive Gauche : 6, rue de la Gaîté, Paris 14ème

Le Petit Montparnasse : 31, rue de la Gaîté, Paris 14ème

 

 

3) Le Jardin Atlantique

(1 place des Martyrs du Lycée Buffon. M13 : station Gaîté)

Jardin Atlantique
Crédits: besopha, Wikimedia, sous Creative Commons 2.0

Pour les amoureux de jardins et promenades insolites, rendez-vous au dessus de la Gare Montparnasse. Oui, vous avez bien lu, il existe au dessus de la gare, et de ses voies de TGV, un jardin suspendu s’étendant sur plus de 3 hectares.

Imaginé par les paysagistes François Brun et Michel Péna, ce jardin a été achevé en 1994. La large pelouse de forme géométrique, typique des jardins à la française, est entourée par l’ensemble d’immeubles Maine-Montparnasse. Ce jardin à thème permet aux voyageurs de se détendre en attendant de prendre le train. Le thème Atlantique du parc est un joli clin d’oeil aux destinations desservies par les trains en partance de la Gare Montparnasse, se dirigeant tous vers la côte Ouest du pays et donc l’Océan Atlantique. Ce thème se retrouve dans chaque aspect du jardin : la pelouse ondule sous vos pieds, la couleur dominante est bien évidemment le bleu et l’intégralité du jardin est parsemé de détails faisant référence au monde de la marine comme les mâts en bois de Bernard Vié ou encore le long ponton qui traverse le jardin à l’est. L’intégralité du jardin et toute son organisation font écho au monde de l’Atlantique et aux pays mis en relation avec le territoire français grâce à cette immense étendue d’eau. Ainsi, la travée centrale est, à l’est, bordée d’arbres européens et, à l’ouest, bordée de leurs équivalents américains.

Un thermomètre géant ainsi qu’un pluviomètre et un anémomètre (pour mesurer la vitesse du vent) se dressent en plein milieu du jardin. Des installations sportives sont aussi présentes sur ce site, notamment des tables de ping-pong, une aire de musculation, des  terrains de tennis et de nombreuses aires de jeux qui permettront aussi aux enfants de se détendre.

L’accès (presque secret) au jardin est possible sur la place des Martyrs du Lycée Buffon. Peu de Parisiens et encore moins de touristes sont au courant de la présence de ce lieu enchanteur qui s’étend au dessus de la gare. Profitez donc du calme du jardin pour vous relaxer l’espace d’un instant en plein coeur de Paris. Le jardin est ouvert de 8h00 à 21h30 lors des beaux jours (de début avril à fin septembre) et ferme un peu plus tôt lorsque les jours raccourcissent (à 20h30). L’accès au jardin est, de plus, complètement gratuit.

 

 

4) Musée Bourdelle

(18 rue Antoine Bourdelle, Paris 15ème. Métro 4, 6, 12, 13 : station Montparnasse-Bienvenüe ou M12 : station Falguière)

Musée Bourdelle
Crédits: Edal Anton Lefterov, Wikimedia Commons, sous Creative Commons 3.0

Pour les amateurs d’art, de sculpture ou tout simplement pour les curieux, nous vous recommandons de continuer la visite du quartier en vous rendant au Musée Bourdelle. Ce musée entièrement consacré à la vie et à l’oeuvre du sculpteur est installé dans les ateliers, les appartements et les jardins que l’artiste occupa jusqu’à la fin de sa vie. Le musée qui lui est consacré se trouve non loin de la rue Montparnasse et de la rue de la Gaîté. Le lieu a été transformé en musée en 1949, seulement 20 ans après la mort de l’artiste. Lors du centenaire de l’anniversaire de la naissance de l’artiste, en 1961, une extension fut réalisée dans le musée afin d’agrandir les salles d’exposition. En effet, Bourdelle est particulièrement célèbre pour ses oeuvres monumentales et il fut parfois nécessaire d’ajuster les salles d’expositions afin qu’elles puissent contenir les plus imposantes oeuvres de l’artiste. La plupart des oeuvres majeures de Bourdelle sont disséminées tout autour du monde, et le Musée Bourdelle est le seul établissement au monde comprenant une telle concentration d’oeuvres de l’artiste. Ainsi, il vous sera possible d’admirer les plus connues : Héraklès Archer, présent dans le hall du musée et La baigneuse accroupie au rocher qui garde le jardin. Il vous sera également possible de voir les toiles méconnues du sculpteur qui s’essaya aussi à la peinture. L’atelier-musée est un lieu extrêmement agréable, ouvert sur les jardins qui appartenaient au peintre-sculpteur et qui font eux aussi office d’espace d’exposition. Malgré l’agitation du quartier du Montparnasse, le Musée Bourdelle et ses jardins se présentent comme un havre de paix où les visiteurs peuvent flâner, se détendre tout en découvrant (ou redécouvrant) l’oeuvre d’Antoine Bourdelle. De plus, l’accès aux collections permanentes du musée est gratuit toute l’année.

 

 

5) Cimetière du Montparnasse

(3 boulevard Edgar Quinet, Paris 14ème. Métro 4 ou 6 : station Raspail ou M6 : station Edgar Quinet)

Cimetière Montparnasse
Crédits : Myrabella, Wikimedia Commons, sous Creative Commons 3.0

Pour continuer votre découverte du quartier nous vous conseillons de visiter le cimetière du Montparnasse. Situé à seulement quelques centaines de mètres de la rue de la Gaîté, cet impressionnant cimetière s’étend sur près de 20 hectares en plein cœur du 14ème arrondissement parisien. Depuis le haut de la Tour Montparnasse, vous pourrez vous rendre compte de l’étendue considérable de ce cimetière parisien.

L’histoire du cimetière du Montparnasse remonte au XIXème siècle. A cette époque, la ville de Paris -alors moins étendue que de nos jours- décida de créer de nouveaux cimetières à l’extérieur des enceintes de la ville. Ainsi, le cimetière du Montparnasse fait partie des quelques cimetières (dont le Père Lachaise à l’est, le cimetière de Montmartre au nord et le cimetière de Passy à l’ouest) qui furent créés à l’époque. La première inhumation au cimetière du Montparnasse eut lieu en 1824. L’emplacement actuel du cimetière était autrefois occupé par trois fermes. Aujourd’hui, une tour de moulins à vent, qui étaient présents sur le terrain des fermes, est encore debout et a été classée Monument Historique en 1931. Le cimetière du Montparnasse est la plus grande nécropole parisienne après le cimetière du Père Lachaise et renferme les tombes de nombreuses personnalités et intellectuels. Vous aurez, en effet, l’occasion d’apercevoir les sépultures de nombreux écrivains (comme Charles Baudelaire, Guy de Maupassant ou Maurice Leblanc, le créateur d’Arsène Lupin), mais aussi de dramaturges (dont Samuel Beckett ou encore Eugène Ionesco),  de philosophes ( Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir), et d’artistes (comme le sculpteur et peintre Antoine Bourdelle, le compositeur et chanteur Serge Gainsbourg et le photographe et peintre surréaliste Man Ray) ainsi que d’autres figures qui ont toutes marqué la vie culturelle française et parfois internationale. Un guide des tombes les plus célèbres est disponible sur demande à l’entrée du musée. En dehors des tombes, le cimetière est en lui-même un espace très boisé et agréable à visiter. C’est l’un des plus grands espaces verts à l’intérieur de la capitale dans lequel vous pourrez flâner et admirer de nombreuses sculptures ornant les tombes ou les pelouses comme Le Baiser, l’oeuvre de Constantin Brancusi ou encore Le génie du sommeil éternel d’Horace Daillion. L’accès au cimetière est gratuit et possible tous les jours de 8h à 18h en haute saison et de 8h30 à 17h30 le reste de l’année. Il vous sera même possible de contacter la Mairie de Paris afin d’organiser des visites guidées.

 

 

6) La Fondation Cartier pour l’Art Contemporain

(261 boulevard Raspail, Paris 14ème. Métro 4 ou 6 et RER B : station Denfert-Rochereau ou M4: station Raspail)

Fondation Cartier
Crédits: Jean-Pierre Dalbéra, sous Creative Commons 2.0

C’est en descendant le boulevard Raspail que vous tomberez nez à nez avec la large façade de l’édifice construit par l’architecte Jean Nouvel. Il vous sera impossible de passer à côté sans remarquer les larges panneaux de verre à demi-dissimulés derrière une végétation verdoyante. Le bâtiment en lui-même est en effet bordé par le jardin imaginé par Lothar Baumgarten qui comprend une multitude d’espèces végétales. Prenez donc le temps de visiter cet îlot de verdure perdu dans un paysage urbain. L’esthétique contemporaine du bâtiment joue beaucoup avec la transparence et la réflexion des volumes et des parois, non sans rappeler certaines des œuvres abritées par la Fondation Cartier. En effet, depuis 1984, l’établissement se donne pour but de promouvoir et soutenir la création artistique contemporaine internationale à travers différentes activités (expositions, animations diverses, spectacles, nouvelles acquisitions, attribution de fonds, publication de livres et de catalogues). Il regroupe de nombreuses disciplines comme la peinture, la sculpture, l’image vidéo, le son, le design ou encore la photographie. La Fondation s’est particulièrement spécialisée dans l’acquisition d’oeuvres d’art de grandes dimensions et a fêté en 2014 ses 30 ans. Les 1200 m² d’exposition permettent à l’établissement de regrouper une collection très variées de plus de 1000 œuvres de 300 artistes différents. De plus, chaque année la Fondation tente de promouvoir de nouveaux artistes et de nouveaux courants artistiques grâce à des manifestations telles que Les Soirées Nomades pendant lesquelles le public peut assister à des représentations artistiques en direct. L’accès aux bâtiments de la Fondation vous coûtera 10.50 euros en plein tarif et 7 euros en demi-tarif (pour les étudiants, les -25 ans, les seniors et les demandeurs d’emploi, les prix sont susceptibles de varier). De plus, le musée est gratuit pour les -18 ans le mercredi, pour les enfants de -13 ans et pour les visiteurs handicapés tous les jours). Le prix peut paraître élevé mais votre billet vous donnera accès non seulement aux fonds de l’établissement mais aussi aux somptueux jardins qui entourent le bâtiment.

 

 

7) Denfert-Rochereau et la rue Daguerre

(Paris 14ème, Métro 4 ou 6 et RER B : station Denfert-Rochereau)

Place Denfert-Rochereau
Crédits: Shadowgate, sous Creative Commons 2.0

La Place Denfert-Rochereau est l’une des places mythiques de la capitale. Pourtant, si elle est très fréquentée par les Parisiens, qui se donnent souvent rendez-vous autour de la place pour le départ des grandes manifestations, peu connaissent son histoire. A  la fin du XVIIIème siècle et au début du XIXème siècle, la place était coupée en deux par l’Enceinte des Fermiers Généraux qui marquait les limites de la ville. Si cette enceinte avait pour but de délimiter Paris, elle avait surtout été construite afin de pouvoir contrôler la marchandise qui entrait dans la ville et pour pouvoir bien entendu imposer des taxes aux commerçants venus de l’extérieur de l’enceinte afin de vendre leurs produits à l’intérieur de la capitale. Cette taxation était opérée au niveau de l’entrée de l’enceinte : le mur d’octroi qui fut rapidement rebaptisée “la barrière d’enfer” par les Parisiens qui voyaient souvent les prix augmenter à cause des taxes imposées aux commerçants. La « barrière d’enfer » est d’ailleurs toujours visible aujourd’hui puisque cette construction datant de la fin du XVIIIème siècle n’a jamais été détruite. Les deux parties de la place furent enfin réunies en 1859 lorsque les limites de la ville furent étendues vers le sud.

Un autre élément méconnu concernant cette place est l’origine de son nom. Le Général Denfert-Rochereau était un militaire de la fin du XIXème siècle qui s’illustra lors de la guerre de 1870 opposant la France aux Prussiens. C’est aussi la raison pour laquelle le Lion de Belfort occupe magistralement le centre de la place. Cette statue réalisée par le sculpteur Bartholdi (qui fut aussi le créateur de la Statue de la Liberté) fut achetée par la ville de Paris en 1879. Ce gigantesque lion de 4 mètres de haut sur 7 mètres de large devait initialement être installé aux Buttes Chaumont (dans le 19ème arrondissement parisien). Or, les habitants du 14ème arrondissement demandèrent à ce que le lion domine la Place Denfert afin de symboliser la force et le courage français dans le conflit franco-prussien.

 

Depuis cette place, il vous sera facile d’accéder à la très animée rue Daguerre. Il vous sera alors possible de flâner parmi les étals et de profiter des produits frais proposés par les nombreux commerçants qui bordent l’intégralité de la rue. Les commerces sont ouverts tous les jours sauf le dimanche après-midi et le lundi. Vous apprécierez sans aucun doute l’ambiance presque villageoise de ce quartier de Paris où les habitants se connaissent tous. L’anonymat parisien n’a pas lieu ici !

De nombreuses associations de quartier se sont d’ailleurs montées dans le 14ème arrondissement, c’est le cas du Moulin à Café, un établissement associatif monté par des habitants du quartier. Il vous sera possible de déguster des boissons, des gâteaux faits maison et d’autres produits du marché pour un prix extrêmement modique et dans un cadre très convivial et animé. Le café se compose aussi d’une boutique où vous pourrez acheter un certain nombre de produits en relation avec le café. Ce café associatif vous proposera aussi des activités tels que des ateliers jardinage ou encore des pièces de théâtre montées, elles aussi, par des associations de quartier. Pour plus d’informations concernant les tarifs et les activités,: rendez-vous sur le site du Moulin à Café.

De nombreux bistrots, bars et restaurants sont aussi présents autour de la Place Denfert. Nous vous recommandons plus particulièrement la pizzeria Chez Enzo qui vous proposera de délicieuses pizzas et d’autres spécialités italiennes. Pour faire une pause plus parisienne, rendez-vous au bistrot gourmand Le Jeu de Quilles et tombez sous le charme de cet établissement qui propose des plats frais cuisinés par les deux chefs sous les yeux des convives. Vous pourrez vous restaurer mais aussi profiter de la petite épicerie fine mise à la disposition des clients du restaurant. Vous y trouverez de nombreux bocaux et autres conserves faits maison !

Plus insolite, pour les amateurs de musette ou de vin (ou des deux), vous trouverez sans aucun doute votre bonheur dans la boutique Paris Accordéon Gourmands qui propose à ses visiteurs le parfait mélange entre la cave et la boutique d’accordéon. Surprenant de prime abord, cette association atypique fait pourtant sens une fois que l’on passe la porte de cette boutique aux allures un peu rétro. Ainsi, vous pourrez simplement déguster ou même acheter de nombreuses variétés de vin et de spiritueux ainsi qu’une multitude de produits du terroir, le tout sur un air de musette et en admirant les modèles d’accordéon qui ornent la boutique en attendant d’être vendus ou simplement essayés. La boutique propose aussi des cours d’accordéon pour les débutants comme pour les accordéonistes déjà chevronnés.

 

Les Adresses :

Chez Enzo : 72, rue Daguerre, Paris 14ème.

Le Jeu de Quille : 45, rue Boulard, Paris 14ème.

Le Moulin à Café : 8, rue Saint Léonie, Paris 14ème.

Paris Accordéon Gourmands : 80, rue Daguerre, Paris 14ème.

 

 

8) Les Catacombes de Paris

(1, avenue du Colonel Rol-Tanguy, Paris 14ème. Métro 4 ou 6 et RER B : station Denfert-Rochereau)

Catacombes

C’est aussi sur la Place Denfert-Rochereau que vous pourrez accéder aux célèbres catacombes de Paris. Celles-ci furent construites à Paris à la fin du XVIIIème siècle et renferment les ossements des Parisiens qui se trouvaient initialement enterrés au cimetière des Innocents (dans le quartier des Halles). Un arrêté de 1785 ordonna la fermeture du cimetière des Innocents qui était considéré comme une menace sanitaire pour les habitants du quartier. Des anciennes carrières furent alors choisies pour déposer les ossements des occupants du cimetière. Ce déménagement nécessita de nombreux travaux dans les anciennes carrières, mais les ossements commencèrent à être déplacés en avril 1786, juste après la bénédiction et la consécration du lieu. Il fallut deux ans pour déplacer l’intégralité des occupants, c’est dire si le cimetière des Innocents était étendu ! Mais le déménagement de l’intégralité des ossements fut aussi très long, certainement parce qu’il nécessitait à chaque fois une procession à la tombée de la nuit et une certaine cérémonie : les prêtres qui accompagnaient les ossements chantaient l’office aux morts alors que les tombereaux chargés d’ossements et recouverts d’un voile noir faisaient le trajet entre le cimetière et les nouvelles catacombes.

Les Catacombes de Paris sont une attraction extrêmement touristique et elles l’ont certainement toujours été. En effet, en 1787, seulement un an après la mise en place des anciennes carrières, le futur roi de France Charles X, alors Comte d’Artois, y descendit en compagnie des dames de la Cour. Les catacombes auraient aussi reçu la visite de Napoléon III qui y emmena son fils en 1860.

La visite enchantera les amateurs de sensations fortes qui pourront se faire peur dans ce labyrinthe serpentant à 20 mètres sous terre (l’équivalent d’un immeuble de 5 étages !) qui rassemble les restes de plus de 6 millions de Parisiens. La mise en scène romantico-macabre séduira les moins peureux des curieux lorsqu’ils déchiffreront l’alexandrin qui orne l’entrée de l’ossuaire “Arrête, c’est ici l’empire de la mort”. Le parcours de la visite ne s’étend que sur 2 kilomètres mais la superficie totale des catacombes est extrêmement impressionnante : plus de 11 000 m² ! La visite moyenne dure entre 30 et 45 minutes, en fonction de la rapidité de vos pas, et il vous sera possible d’accéder aux catacombes et aux expositions qui y sont parfois installées pour seulement 8 euros en plein tarif (6 euros pour les enseignants, les étudiants en histoire de l’art et les seniors, 4 euros pour les jeunes de 14 à 26 ans et gratuit pour les -13 ans) et vous pourrez profiter d’un audio-guide pour un supplément de 3 euros. Les catacombes sont ouvertes de 10h à 17h du mardi au dimanche. (Les prix sont susceptibles de changer)

Petites astuces : Etant donné la popularité de l’attraction, il est préférable de s’y rendre tôt le matin, quelques minutes avant l’heure d’ouverture afin de ne pas trop faire la queue. Nous vous rappelons aussi qu’il ne fait que 14 degrés dans les catacombes, ainsi, n’oubliez pas d’apporter une veste ou vous risquerez de frissonner (et pas seulement de peur) pendant votre visite !

Réservez vos billets coupe-files des Catacombes avec audioguide inclus

 

 

9) L’Observatoire de Paris

(61 avenue de l’Observatoire, Paris 14ème. Métro 6 : station Saint Jacques ou M4 ou 6 et RER B : station Denfert Rochereau)

Observatoire de Paris
Crédits: Sylvain Naudin, Wikimedia Commons, sous Creative Commons 2.0

Un peu plus loin, depuis le boulevard Arago qui s’étend depuis la Place Denfert-Rochereau, vous pourrez apercevoir la coupole de l’Observatoire de Paris. Ce bâtiment est le plus vieil observatoire du monde puisqu’il a été fondé en 1667, sous Louis XIV. Son but premier était de permettre aux astronomes académiciens du Roi Soleil de travailler ensemble sous le même toit et d’équiper cet observatoire avec de bons instruments afin d’établir des cartes de navigations plus précises.

Le bâtiment que vous verrez actuellement est d’époque et a été conçu comme une citadelle des sciences avec un bâtiment principal très sobre composé d’une tour carrée et de deux larges coupoles (la coupole de la carte du ciel et la coupole méridienne) renfermant toutes deux des lunettes astronomiques dont la célèbre Lunette Arago, du nom de François Arago, le directeur de l’Observatoire en 1846.

Pour les mordus d’astronomie, de météorologie et de cartographie, il vous sera possible de visiter tous les observatoires dépendants de celui de Paris. Pour le site de Paris, la visite guidée dure deux heures et vous fera découvrir l’histoire de l’Observatoire depuis sa fondation jusqu’à nos jours. Des parcours pédagogiques sont proposés à certaines dates. En revanche, les visites se font sur réservation uniquement. Il vous sera possible de vous inscrire sur le site de l’Observatoire.

 

 

10) La Cité Universitaire et le Parc Montsouris

(RER B : station Cité Universitaire, Métro 4 : station Porte d’Orléans, T3a :  arrêt Montsouris)


Crédits:  Vinnicus Pinheiro, sous Creative Commons 2.0

Si le 14ème est un quartier aussi vivant et animé, c’est sans doute grâce à la présence de nombreux étudiants résidant au sud de cet arrondissement. C’est là que se trouve la Cité Internationale Universitaire de Paris, une fondation qui regroupe un vaste ensemble de résidences universitaires. Ce projet fut mis en oeuvre par le Ministre de l’Instruction Publique, André Honnorat, durant l’entre-deux-guerres dans un but pacifiste après les tensions qui avaient agité l’Europe durant la Première Guerre Mondiale. Cette installation composée d’un seul bâtiment fut bientôt complétée par de nombreuses autres maisons léguées ou construites par des mécènes français ou étrangers. Cette institution loge actuellement plus de 5000 étudiants et chercheurs venus du monde entier et favorise ainsi les échanges entre les étudiants puisqu’environ 140 nationalités s’y côtoient chaque année.

Mais le véritable intérêt du sud de cet arrondissement se trouve sans aucun doute au parc Montsouris. Ce très joli jardin borde la Cité Universitaire et sa végétation verdoyante est visible depuis les quais du RER B qui passe tout près. Ce parc fait partie d’un des grands projets du Second Empire visant à offrir aux Parisiens des espaces verts aux quatre points cardinaux de Paris. C’est ainsi que se sont ouverts le Bois de Boulogne à l’Ouest de la capitale, les Buttes-Chaumont au Nord, le Bois de Vincennes à l’Est et enfin, le Parc Montsouris au Sud de Paris. C’est Haussmann qui décida de la construction de Montsouris en 1860. Il sera réalisé par l’ingénieur Alphand. Le site des anciennes carrières désaffectées de Montsouris est choisi pour accueillir le nouveau parc et ce réaménagement causa un certain nombre de problèmes étant donné que l’ancienne carrière avait été utilisée pour stocker certains des ossements après la fermeture définitive du cimetière des Innocents. Il fallut retirer 813 tombereaux d’ossements avant de commencer les travaux.

De nos jours, il vous sera possible de profiter de ce magnifique parc à l’anglaise, qui s’étend sur plus de 15 hectares autour d’un très large lac artificiel créé uniquement pour le bonheur des visiteurs du parc.Vous pourrez admirer de nombreuses espèces végétales et vous promener parmi les différentes statues qui ornent les pelouses du parc.

 

Nos hôtels recommandés dans ce quartier

5 étoiles:
Victoria Palace Hotel : ce palace est situé proche de la Gare Montparnasse et des Jardins du Luxembourg

4 étoiles:
Hôtel Aiglon : dans une zone tranquille bien que centrale, à quelques pas de la station de métro Raspail.
Le Littré : modernes, des chambres ont une vue panoramique sur la capitale.
Hotel Le Sainte Beuve : dans une atmosphère tranquille et stylée, à côté du Jardin du Luxembourg.

3 étoiles:
Le Fabe Hôtel : à côté de la Gare Montparnasse et du Parc des Expos de la Porte de Versailles, chambres designs, sauna.
Hôtel De La Paix Montparnasse : atmosphère cosy et calme, décoré avec goût.
Hôtel Louison : hôtel de famille, le Louison a tout d’une demeure de charme authentique, où l’on se sent vite comme chez soi.

1 & 2 étoiles:
Hôtel La Maison Montparnasse :  choisissez votre environnement : fuchsia, l’orange, le jaune ou le prune.
Hotel Korner Montparnasse : la gare est à 650m, terrasse où prendre le petit déjeuner ou siroter un cocktail.